Interview de Christian Lefaix, Directeur Général, Banque du Léman

Interview de Christian Lefaix, Directeur Général, Banque du Léman

Christian Lefaix, Banque du Léman (Foto: Banque du Léman)

Interview par Helmuth Fuchs

Moneycab: M. Lefaix, la Banque du Léman a ouvert ses portes en juin 2014 en tant que banque de détail au cœur du secteur du Private Banking, à Genève. Quelle est la stratégie de cette nouvelle banque en Suisse alors que la plupart des experts estiment que le marché est déjà saturé?

Christian Lefaix: Le marché du retail Banking n’est pas saturé si vous êtes différents et innovants. Notre stratégie est une banque humaine et connectée, c’est-à-dire une banque qui entretient une relation durable et de qualité avec ses clients quelque-soit le canal utilisé (Agence, App Mobile, mail, e-banking…).

«Il faut garder une présence physique même réduite afin que la Banque reste humaine.» Christian Lefaix, Banque du Léman

La Banque du Léman est née durant la phase de numérisation du monde bancaire. Quelle est l’importance du «digital» pour ce nouvel établissement?

A ce jour, nous sommes une banque connectée et nos clients peuvent choisir la solution la plus adaptée (Agence ou à distance) à leurs besoins.

La banque digitale reste notre objectif. Deux évolutions majeures nous permettront d’être une banque physique et digitale. La reconnaissance client par visio qui évoluera encore et la signature électronique nous permettrons à court terme d’être une banque digitale.

Ce qui permet de distinguer la Banque du Léman des autres banques de détail, ce sont les produits d’assurance qu’elle propose à ses clients. Vouloir être un guichet unique (one-stop-shop) répondant à tous les besoins financiers (banque et assurances) n’allant pas de soi, de nombreux autres acteurs s’y sont déjà cassés les dents. Qu’est-ce donc qui vous différencie et avec quel partenaire travaillez-vous pour les produits d’assurance?

Pour les produits d’assurance de biens et de personnes, nous travaillons avec des partenaires présents en Suisse Romande et reconnus pour leur professionnalisme. Ce qui nous différencie, c’est la réactivité et le savoir- faire de nos collaborateurs et de nos partenaires, sachant que pour installer cette nouvelle activité, il faut du temps.

Il existe de nombreuses start-ups dans le secteur des technologies financières, ou Fintech, qui se battent sur certains créneaux des activités bancaires (paiements directs et mobiles, prêts, activités de conseil par l’intermédiaire de composantes des médias sociaux…). Quelles sont les chances et les risques pour la Banque du Léman, qui est une start-up disposant d’une présence physique et «digital»?

Nous faisons partie des banques qui n’ont aucune crainte à avoir de cette évolution. En effet, nous n’avons qu’une agence Physique à Genève et, donc pas le problème d’un réseau physique d’agences à adapter. Sachant que nous ne croyons pas aux structures « sans guichet », selon nous, il faut garder une présence physique même réduite afin que la Banque reste humaine…

La Banque du Léman a pris la décision d’externaliser toutes les opérations liées aux processus non essentiels et l’intégralité de son développement informatique à B-Source (maintenant: Avaloq). Qu’est-ce qui vous a incité à effectuer un véritable BPO (business process outsourcing) et pour quelle raison avez-vous choisi Avaloq?

Notre métier, c’est « faire »de la Banque, d’où notre choix d’avoir un véritable BPO. Avaloq a été retenu du fait de son savoir-faire et de sa réactivité à s’adapter à notre modèle de Banque.

«Le secteur Bancaire a un avenir s’il sait s’adapter à un mode relation avec ses clients fondée sur une vision moderne et original de la Banque.»

Quels sont les principaux enseignements de ce projet qui a duré une année et demie et que modifieriez-vous si vous deviez recommencer?

Ce projet a été et est un véritable projet entrepreneurial unique, donc pas de modifications car chaque projet est de toute façon différent…

L’externalisation permet d’économiser de précieuses ressources et de bénéficier d’un savoir-faire pas toujours présent à l’interne. Elle permet d’éviter de s’exposer à des risques et de bénéficier des derniers développements en cours dans l’industrie bancaire. Comment être certain de suivre les développements cruciaux et de ne pas passer à côté d’opportunités vitales?

La solution, c’est d’avoir un véritable partenariat avec Avaloq.

La Banque du Léman compte désormais 13 employés. Quelles sont les prochaines étapes du développement de la banque, où et comment comptez-vous faire croître l’établissement?

Notre Banque a commencé à 10 collaborateurs en mai 2014 et nous sommes 20 au 31.12.2015. Notre projet de développement est le marché des Entreprises qui débutera en juin 2016 sur Genève et en septembre 2016 à Lausanne.

Avec tout le battage autour des Fintech, de la numérisation, et de l’explosion du nombre de start-ups, quels sont pour vous les développements les plus importants qui définiront l’avenir du secteur bancaire, en Suisse plus particulièrement?

Le secteur Bancaire a un avenir s’il sait s’adapter à un mode relation avec ses clients fondée sur une vision moderne et original de la Banque. C’est-à-dire une Banque humaine et connectée…

A la fin de l’interview, vous pouvez faire deux vœux. En quoi consistent-ils?

1er Vœux: que la Banque du Léman soit une banque de proximité de référence en 2018, en Suisse Romande, sur le Marché des Particuliers et des Entreprises …

2ième Vœux: que Avaloq continue à être un véritable partenaire dans nos développements futurs…

M. Christian Lefaix (1958),
Directeur Général, Membre du Comité de direction

Assure le développement commercial de la banque et son fonctionnement au quotidien. La communication, les relations médias et les ressources humaines lui sont directement rattachées.

Titulaire d’un diplôme du Groupe IFG (Institut spécialisé en Gestion & Management) spécialisé en Finance/ Marketing / RH / Contrôle de Gestion (1978). Christian Lefaix a débuté sa carrière au sein d’un groupe automobile jusqu’en 1983 occupant des postes de développement commercial. Il a poursuivi dans la grande distribution pour développer une unité d’affaires avant d’intégrer la CERA en 1986 où il a occupé depuis différents postes, centres d’affaires et réseaux d’agences, avant d’être nommé en 2001 Directeur Régional.

La Banque du Léman
est une société anonyme possédant la licence bancaire suisse, filiale à 100 % de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, laquelle fait partie du groupe BPCE (Banque Populaire et Caisse d’Epargne), 2e groupe bancaire français. La Banque du Léman peut ainsi compter sur la solidité de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, qui en est l’initiatrice et l’actionnaire principal. Cette dernière l’accompagne dans le démarrage de ses activités, lui assurant les fonds propres et la trésorerie nécessaires. La Banque du Léman développe son activité conformément aux règles bancaires suisses, de façon distincte et avec une stricte séparation des activités de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes. Une scission complète est ainsi opérée entre les activités des deux établissements. www.banqueduleman.ch


La Banque du Leman en images from banque du léman on Vimeo.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.